Les lycées sont les oubliés de la refondation de l’Ecole engagée pendant le quinquennat du président Hollande. Les dernières réformes (2009 pour le lycée professionnel, 2010 pour le LEGT)  n’ont pas réussi à atteindre réellement les objectifs affichés de rééquilibrage des séries, de préparation au post-bac et de diversification des parcours. Une hiérarchie perdure dans les faits entre les différentes voies, certains élèves subissent leur orientation puis leur affectation et, si le décrochage est en baisse, c’est à cause de dispositifs de « raccrochage » plutôt que grâce à de meilleures pratiques en classe.

Pour le Sgen-CFDT ouvrir ce chantier est donc positif, car la situation actuelle doit et peut être améliorée.  Pour le Sgen-CFDT, l’objectif principal de la réforme du baccalauréat doit être  de lui redonner sa place charnière dans le continuum bac-3/bac+3 : premier diplôme de l’enseignement supérieur et certification de la scolarité en lycée.

Cette transformation du baccalauréat permettra alors de changer le lycée en amont de façon positive si, et seulement si, il évolue vers :

  • un lycée plus juste socialement
  • un lycée qui permet un parcours bac -3 bac +3 développant l’émancipation,
  • un lycée dans lequel les personnels ont le pouvoir d’agir sur leur travail.

C’est dans cet esprit que le Sgen-CFDT a porté ses propositions dans la commission Mathiot. Une fois le rapport de synthèse établi (date prévue de publication : fin janvier 2018), encore faudrait-il se donner le temps des concertations, confrontations de point de vue, avant les arbitrages politiques. Le Sgen-CFDT portera alors un jugement sur la réforme. Or le calendrier contraint annoncé par le ministre Blanquer porte déjà en soi la quasi certitude de l’échec d’une mise en oeuvre satisfaisante, comme si finalement ce sujet n’était que technique et budgétaire.

L’enquête sur les conditions de travail a été adressée à tous les agents administratifs, titulaires et contractuels, des 3 catégories A, B, C dans les EPLE, les 5 DSDEN et le rectorat de Bordeaux.

L’enquête a connu des problèmes de diffusion auprès des agents et plus particulièrement auprès des contractuels dont les adresses électroniques ne figurent pas dans les listes fournis au Sgen-CFDT Aquitaine. Ainsi, les titulaires représentent 90 % des participants avec une large majorité (68%) d’adjoints administratifs et ce sont les agents des EPLE qui ont le plus répondu avec (62 %), puis les DSDEN (19%), le rectorat 16 %, autres (3%).

Toutefois, le SGEN-CFDT Aquitaine a recueilli 389 réponses en quelques jours, témoignage d’une attente chez les agents et d’un besoin de s’exprimer sur cette thématique. A plusieurs reprises des agents ont exprimé leur retenue pour répondre à l’enquête par peur d’une éventuelle traçabilité de leurs réponses par les services informatiques. Nous n’avons pas réussi à les convaincre que cette peur était infondée, mais nous les avons invité à répondre au questionnaire depuis leur domicile.

Les nouvelles modalités de l’évaluation des enseignants s’appliquent au 1er septembre 2017. Pour le Sgen-CFDT, il est indispensable que les personnels concernés s’y préparent.

Les élections professionnelles vous permettent de choisir les militant·es et les organisations syndicales qui vous défendent et vous représentent. Votez et faites-voter Sgen-CFDT !

mutations

Les mutations des personnels du second degré ont lieu en deux temps : d’abord un mouvement pour choisir son académie, appelé mutation inter-académique, puis un mouvement à l’intérieur de son académie, appelé intra-académique.

Cet article pour retrouver des outils d’affichage dans vos établissements.

Connaitre ses missions, apprendre à gérer une classe, comprendre le fonctionnement de l’établissement ou de l’école, prendre ses repères… Alors que des débuts réussis sont essentiels pour le bon fonctionnement du service public d’éducation, le bienêtre au travail et la satisfaction de tous, que constate-ton ? Parfois du dépit, de la désillusion, souvent un sentiment d’abandon.

Comment repenser la formation l’accueil et l’accompagnement des personnels vers leur professionnalisation, leur autonomie et leur bienêtre ?

Un dossier réalisé par Laurent Alexandre, Alain Candau, Jean-Luc Évrard, Françoise Lambert, Élisabeth Ritzenthaler et Alexis Torchet. D’après le dossier initialement publié dans le magazine Profession Éducation du Sgen-CFDT n°253 – avril-mai 2017

Le RIFSEEP, Régime Indemnitaire lié aux Fonctions, aux Sujétions, à l’Expertise et à l’Engagement Professionnel a été créé en mai 2014 par décret (n°2014-513). Ce nouveau régime devient le nouvel outil indemnitaire de référence, applicable à tous les fonctionnaires relevant de la loi du 11 janvier 1984 ; il doit se substituer à l’ensemble des autres primes existantes (principe de non-cumul).

PPCR est l’abréviation qui résume plus d’une année de négociations consacrées aux « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » des fonctionnaires. Il concerne l’ensemble de la Fonction Publique (d’État, Territoriale et Hospitalière).